Projet d’échanges de lettres : Une enseignante témoigne !

Notre ONG a lancé en 2018 un projet d’échange de lettres entre une classe lycéenne du Luxembourg et une classe d’une école tibétaine (Tibetan Children ‘s Villages) en Inde.

Ce projet d’échange de lettres a démarré en avril 2018 avec des élèves d’une classe d’anglais de l’école TCV de Bir qui se sont présentés à travers une lettre et une petite vidéo. Au Luxembourg, les lettres ont été distribuées à des élèves du lycée Fieldgen qui ont répondu à leur correspondant.e.s. et se sont présentées, elles aussi, dans une petite vidéo. Depuis lors, des rencontres par vidéoconférences ont été réalisées en classe, un petit film immortalise l’expérience, une rencontre a été organisée avec le responsable de l’éducation de TCV et certains élèves ont échangé leur adresse pour rester en contact.

Ce projet fut une fabuleuse aventure pour ceux et celles qui y ont participé. Découvrir une culture et une problématique à travers les yeux de ceux et celles qui la vivent, est une manière stimulante d’apprendre l’anglais et de s’ouvrir au monde. Après chaque échange, une avalanche de questions émergeaient spontanément dans les discussions.

Cette aventure épistolaire, c’est l’histoire d’un fait d’actualité lointain qui devient réel aux yeux de jeunes luxembourgeoises. C’est l’histoire de jeunes qui ne se connaissent pas, qui vivent à deux bouts de la planète dans des contextes très différents et qui pourtant partagent tant de choses par le simple fait d’être jeunes au même moment.

Diana Borges, enseignante au Lycée Fieldgen, se confie:

« Quand je repense à ce projet d’échange de lettres entre ma classe et une classe tibétaine, je dois avouer que c’est l’un des meilleurs projets auxquels j’ai participé. Au début, la classe et moi étions enthousiastes à l’idée de participer à un tel projet, mais en même temps, les élèves ont exprimé leur anxiété car c’était quelque chose qu’ils n’avaient jamais fait auparavant. C’est un sentiment que je peux comprendre car je savais que c’était un projet pionnier et je ne savais pas ce qui en résulterait. Mais, dès que les élèves ont reçu les lettres de la classe tibétaine, j’ai su que j’avais fait le bon choix. Les élèves ont exprimé leur excitation, leur incrédulité et leur émotion en lisant les lettres de leurs correspondants. Après l’avoir lue, nous avons discuté de ce qui venait de se passer et les élèves ont exprimé leur gratitude de faire partie d’un tel projet. D’une part, cela leur a permis d’être en contact avec des jeunes de l’autre bout du monde qui ont une religion, un style et des conditions de vie très différents. Mais cela leur a permis de connaître la cause tibétaine. Même si cela leur avait été expliqué auparavant, cette cause était alors maintenant bien réelle. Ce projet leur a permis de prendre conscience de leur situation d’une manière qu’aucun autre échange n’aurait pu faire. Le projet a également permis à mes élèves de voir que malgré leurs différences, ils partageaient des intérêts communs : passe-temps, chansons, livres entre autres. Les élèves étaient extrêmement enthousiastes à l’idée de pouvoir leur répondre et de créer un lien avec eux. Le seul inconvénient que les élèves ont mentionné et auquel je peux m’identifier est l’attente d’une réponse ainsi que le souhait qu’il y ait eu plus d’échanges. Il n’est donc pas surprenant que mes étudiantes aient été folles de joie lorsqu’elles ont appris que nous allions réaliser un échange skype. Certains ont échangé leurs adresses afin de pouvoir rester en contact.

 

1 Comment

  • Lajchter, Karina

    Répondre 22 août 2020 13 h 41 min

    I would be interested, to support your project. I’m an art teacher at the European school in Luxembourg I.

Post a Comment

%d bloggers like this: